19 juin 2008

Trouvez l'erreur !


(Jean-Claude Juncker)

Voici deux extraits d’articles parus dans Libération du 19 juin 2008


1)«Nous risquons d’assister au retour des vieux démons»

Interview de Jean-Claude Juncker, favori pour le poste de président du Conseil européen.

Question : Comment expliquer la nécessité de construire l'Europe ?

Réponse : Quelques chiffres suffisent. En 1900, 20 % de la population mondiale était européenne ; en 2000, 11 % ; en 2025, ce sera 7 % et 4 % en 2100. 500 millions d’Européens seront donc confrontés à 8,5 milliards d’hommes. En 2025, la Chine sera la deuxième puissance commerciale, l’Inde, la quatrième, juste derrière l’Europe. Les pays de l’OCDE verront leur part dans le PIB mondial passer sous les 40 %, égalés par le monde asiatique. Pourtant, nous continuons de penser que nous dominons la planète. Or, le monde ne nous appartient déjà plus. Le dernier siècle européen a été le XIXe : le XXe s’est terminé en siècle américain, de notre propre faute. La seule leçon qu’il faut tirer de ces faits, ce n’est pas d’avoir peur des autres. Ce n’est pas de nous parcelliser, de nous subdiviser, mais de faire de l’Europe une grande région de la planète. Tout nous pousse à l’intégration pour survivre économiquement, culturellement, politiquement, militairement.


2) Nouveau tour de vis aux frontières de l’Union

Cela n’a pas fait un pli. La directive sur le renvoi des étrangers sans papiers a été approuvée à une large majorité, hier, par le Parlement européen réuni à Strasbourg : 367 voix pour, 206 contre et 109 abstentions. La droite, qui réunit notamment les conservateurs du PPE-DE et les libéraux de l’ADLE, a massivement voté en faveur du texte. La gauche, elle, s’est divisée : si une majorité d’entre elle a rejeté le texte, les socialistes espagnols et allemands ont voté pour et les travaillistes britanniques se sont réfugiés dans l’abstention. Aucun amendement n’ayant modifié le texte du compromis entériné le 5 juin par les vingt-sept Etats membres, le projet de directive est donc définitivement adopté.


Je vous donne un indice : En 2025 les européens qui ne représenteront que 7% de la population de la planète se partageront 40 % de la richesse mondiale.

Lire aussi : http://www.liberation.fr/rebonds/332885.FR.php



2 Comments:

At 4:11 PM, Anonymous vingt-sept said...

Il ne faut pas mélanger immigration régulière, et irrégulière.

Il n'y a aucune gloire à favoriser l'arrivée de clandestins.
L'Europe restera ouverte à toutes les bonnes volonté et donc aux personnes souhaitant venir régulièrement, puis par la suite, obtenir la nationalité.

 
At 5:59 PM, Blogger Joël YOYOTTE-LANDRY said...

Mais la question qui se pose n’est pas vraiment celle de la distinction entre immigration légale et immigration irrégulière. C’est fondamentalement celle de la prévention des causes humaines qui poussent à l’immigration. Je dis humaines parce que pour ce qui est des causes naturelles, les projections d’évolution des populations et la concordance des catastrophes naturelles à venir réduiront à néant toutes tentatives d’organisation d’obstacles d’ordre juridiques ou administratifs aux déplacements des masses. Pour revenir donc aux causes humaines de l’immigration, les déclarations de JC Juncker font ressortir dramatiquement l’inutilité d’une législation européenne répressive obsolète au moment même où elle est adoptée par l’UE. Si Jean-Claude Juncker fait le constat du déplacement du centre économique du monde et du rapport désormais défavorable à l’Europe entre les centres de production et la densité de population par région, l’UE ne tire pas toutes les conséquences logiques de ce constat. Au contraire, elle ajoute une pierre récente aux doléances longues accumulées par les pays émergents et se rapportant aux violences de comportements des pays jadis dominants sur les pays du Sud, traduits par les termes du commerce mondial réglementé sous le contrôle de l’OMC, dans un schéma bâtit exclusivement pour pérenniser un processus de domination qui touche à sa fin. C’est justement ce qu’Evo Moralès laisse entendre finement dans sa lettre adressée aux eurodéputés et restée malheureusement lettre morte. Il faut savoir parfois écouter l’histoire et en envisageant l’avenir, faire contre mauvaise fortune bon cœur.
Cela d’autant plus que beaucoup de gouvernements des pays de l’OCDE ont désormais un avis négatif sur l’intérêt de la mondialisation après avoir constaté que ce que reçoit l’Asie et le monde émergent est pris sur la part de l’Occident. La hausse inachevée du prix des matières premières et en particulier de l’énergie, la création de grandes multinationales dans les pays émergents qui exportent massivement, durcissent les situations économiques en Occident. Le Sud forme un front uni contre la persistance des comportements coloniaux du passé. Les USA et l’Europe ont perdu les moyens du passé et ne doivent plus conserver l’arrogance des lois de protection. C’est à l’Europe que revient, avant qu’il ne soit trop tard, de donner au monde des signes d’ouverture et de générosité après en avoir beaucoup profité.

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home