19 avril 2008

Adieu, monsieur Césaire ! (poésie)

(Huile - 2008)

Vous partez hélas cette fois pour toujours loin du pays natal

Mais vous laissez ici un air émancipé qui nous reviendra tous les jours

Comme un espoir de triomphe enfin par mille luttes héritées de nos pères d’ici et d’ailleurs, sur les forces qui avilissent en jouant opportunément, et parfois à l’écoeurement, un air d’uniques victimes ou d’honorables maîtres d’école.

Les voilà, qui se pressent encore colonialistes d’hier et d’aujourd’hui

pour triompher de vos combats en feignant plaindre votre mort

Ils dérangent notre conscience nègre et s’imposent à notre deuil

Ils vous proposent au Panthéon et expulsent vos enfants nègres

pourchassant les écoliers, pour remplir leurs sinistres quotas.

Entendent enfin vos lourds silences mais restent sourds aux prières

qu'ils étouffent dans des charters comme dans la grotte d'Ouvéa pour sauver leur "République" dont ils ajustent la devise aux intérêts de leur clan.

Adieu, Aimé Césaire !

Nous, nègres justes d’ici et d’ailleurs et tous les assoiffés de justice

ferons des armes miraculeuses de vos poésies de vos rêves.

Et demain encore debout, sur la vérité conquise, par vos aspirations humanistes

Sourires salés aux cristaux iodés soufflés par les Alizés de l’Atlantique

ou yeux bleus audacieux s’émerveillant du monde dans l’hiver bourgeois de Senden

Inébranlables ou fragiles, nous bâtirons le nouveau monde en réalisant vos poèmes

Alors, partez en paix, Monsieur Césaire et merci !


Aimé Fernand David Césaire Poète et homme politique français est né à la Martinique le 26 juin 1913 et décédé à Fort-de-France le 17 avril 2008. Inventeur de la Négritude.

Il fonda en 1934 avec Léon Gontran Damas, Guy Tirolien, Léopold Sédar Senghor et Birago Diop, le journal L’étudiant noir. Il s’est opposé à l’assimilation culturelle, au racisme sous toutes ses formes, et au colonialisme.

5 Comments:

At 1:44 PM, Anonymous Anonyme said...

Je tenais Joël à t'exprimer toute ma colère quand je vois "ce masque de république" s'acheter les cadavres en grande pompe pour aller chercher l'honneur qu'elle n'a plus !
La france (minuscule) d'aujourd'hui est indigne pour faire honneur à Césaire et Ponticelli.
Honte à ceux qui occupent notre gouvernement et qui n'ont même pas daigné inaugurer le musée de l'immigration !
Dieu merci, restent encore des Justes et les douloureuses circonstances font qu'ils lèvent la tête et s'organisent !
Honte à ce pouvoir qui vient de se faire déboutter par la cour de cassation de l'inimaginable forfaiture qui consiste à intégrer aux centres de rétentions des tribunaux d'exceptions !
Ces centres de rétention sont autant de verrues pestilentielles sur notre territoire, ils ont raison qu'ils en mettent beaucoup et partout on rira mieux le jour où tous se soulèveront ! Ce n'est pas les quatre pékins de fonctionnaires qui restent qui pourront résoudre le problème !

 
At 7:17 PM, Anonymous Anonyme said...

En tout cas ces obsèques sont une bonne leçon pour la chose qui nous sert de président qui ne pourra même pas faire un discours parce que tout simplement la famille ne le souhaite pas.
"l'hommage de la nation se limitera à une minute de silence" quelle punition pour notre vedette !
Il n'y aura que des Antillais qui prendront la parole il n'ont pas voulu entendre les tenants de "l'imigration positive" et je les comprends !

 
At 7:54 PM, Anonymous Anonyme said...

Tu as fais un très beau poème Joel mais partage un peu ta négritude avec moi parce que moi je suis du côté de la "bravitude" et il faut bien le dire il y a quelques "blanquinas" qui auraient mérité de la couleur !
Mais pas au gouvernement
Pas avec sarkozy
Ceux-là trahissent les leurs !

 
At 8:35 PM, Blogger Joël YOYOTTE-LANDRY said...

Merci !
Lorsque j'étais enfant, nous recevions à la maison des amis du monde entier dont je ne me souviens pour certains par exemple que de l'odeur particulière de la crème anti-moustiques ou des habits décalés et avec eux nous partagions les choses que nous pouvions partager :le sourire, l'amour du monde, l'espérance, la crème anti-moustiques... Etaient-ils blancs ou noirs ? Je ne sais plus. Un peu comme avec cette amie de Senden (Allemagne) aujourd'hui. Alors, je suppose que je partage avec toi cette espérance d'une possible réaffectation (ou réappropriation)des valeurs humanistes de la République. Mais quel combat en perspective à l'intérieur même des partis de Gauche pour donner du prix à la vérité et à l'audace!
Ce qui manque aujourd'hui dans les partis politiques ce n'est pas un programme, une stratégie ou le nombre, mais c'est l'amitié, un idéal, des valeurs et de l'audace.
L'essentiel en somme.

 
At 9:13 PM, Anonymous Anonyme said...

Mais ça les fait hurler de rire ça Joël ! Ils ne parlent que de rentabilité, dividendes, résultats nous disent que nous faisons de l'angélisme, qu'on ne peut accueillir toute la misère du monde, que le coût du travail doit baisser !
Quant à nos semblables, ou ceux qui devraient nous ressembler, je désespère !
Ils ne veulent pas de gens honnêtes pour les représenter, persuadés qu'ils sont qu'ils sont trop naïfs et se feront avoir à tous les coups...
Ils ne veulent pas entendre ce qui va mal, la seule chose qui les satisfait vraiment c'est que d'autres aillent plus mal qu'eux !
Tu devrais aller faire un tour sur le forum et tu verras, personne ne pipe mot, il silencio...
Nous avons vraiment les élus qu'ils méritent en pleine décomposition !
Mais ils ne nous auront pas, ils ne nous habîmeront pas !

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home