26 juillet 2009

Tout est bien qui finit bière !

Pour apaiser le pays après l’intense polémique qui a suivi son intervention dans l’affaire du professeur Henry Louis Gates (voir ci-dessous), le Président américain en fin stratège a choisi d’utiliser la plus ancienne des boissons alcoolisées du monde comme calumet de la paix.

Venant en soutien de façon providentielle à la bière Budweiser ayant perdu l'année dernière du terrain sur le géant Belgo-Brésilien Inbev, Barack Obama a invité le Sergent James Crowley et le professeur Henry Louis Gates à l’origine de la polémique, à venir boire une bière à la Maison Blanche. Ils ont tous les deux accepté.

Bien que tout le monde soit d’accord pour reconnaître l’existence d’un problème de discrimination raciale important aux USA, beaucoup ont exprimé leur doute quant à la qualification de l’acte du sergent du Massachuset. Celui-ci a été soutenu par le syndicat de policiers "racialement" mixte.

Comme Thomas Jefferson, Benjamin Franklin et Abraham Lincoln, Barack Obama a défendu une consommation modérée de la bière pour ouvrir l’esprit, favoriser la santé et l’amitié. Et comme l’humoriste Dave Barry pour lequel "La plus grande invention de l’humanité est la bière, et même si la roue est aussi une grande invention, elle ne va pas aussi bien avec une pizza", Barack Obama a montré qu’il aimait la bière durant sa campagne, s’arrêtant plusieurs fois pour en boire une avec les électeurs. Les brasseurs américains ont d’ailleurs lancé trois bières en son honneur après son élection dont “InaugurAle” et “Audacity of Hops”.

Quand il a appelé jeudi le sergent Crowley qui était dans un bar irlandais à Cambridge, pour l’inviter à la Maison blanche il lui a demandé quelle bière il buvait. Celui-ci a répondu une ''Blue Moon Belgian White,'' le président américain aurait alors ajouté qu’il aimait aussi cette bière. (quel baratineur c'lui là !)

Mais voilà ça marche ! La question qui préoccupe désormais l’Amérique est celle de savoir quelle bière Obama offrira à ses invités à cette rencontre de la paix ? Les spéculations vont bon train. On parle de Sam Adams Boston Lager, bière artisanale, Guinness, ou Goose Island Honkers Ale, un brasseur du côté de la maison familiale du président américain à Chicago.

De l’art de mettre fin à une polémique que l’on a soi-même créée en en tirant le maximum de profit. La presse s’accorde à reconnaitre que la rencontre sera chaleureuse. L’Amérique sera toujours l’Amérique, et Bara(ck ) bière !

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home