04 janvier 2010

A des amis...

Quel vide sidéral occupe toujours en majesté la pensée et l’action politiques françaises pour que gesticule encore par défaut, au début de cette année 2010, le fantasque locataire de l’Elysée. Il radote, mélange les expressions les unes aux autres avec frénésie sans en comprendre le sens : identité nationale, racaille, fraternité, sale con, sécurité, liberté, plafond, laïcité, capitalisation, etc. On trouve même quelques journalistes pour voir du sens dans les élucubrations excitées de son conseiller spécial. Quant à ce que l’habitude nous conduit à nommer la gauche, elle erre en état d’inconscience, dans une dimension qui reste à situer quelque part entre l’artificiel paradis écologique et les myopes colères des extrêmes. Il ne reste plus rien que des images figées de la France, que des mourants refusent de décrocher des murs qui s’écroulent. Il ne reste rien ! C’est pire qu'un désert idéologique : la vision du corps social en putréfaction !

Alors, à tous ceux qui espèrent là où je n'espère plus, aux hommes de bonne volonté, à ceux qui gardent un peu d’audace et surtout à mes ami(e)s anciens et nouveaux mais minoritaires au sein du parti radical de gauche que jai quitté, je souhaite une bonne année 2010.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home